La pédagogie est-elle à base de répétition ?

22 novembre 2018

Alors que se termine le Salon des Maires et des Collectivités Locales (SMCL) et à quelques jours de l’ouverture du 30ème Forum du réseau des professionnels de la communication publique et territoriale Cap’Com, il est intéressant de revenir sur les enseignements de la 5° vague du Baromètre de la Communication Locale, divulgués au courant du mois dernier.

Tout d’abord, une constante depuis 2009 : le magazine des collectivités reste au global le premier support (78%) consulté par les Français pour s’informer au plan local (et toujours dans le tiercé de tête quelle que soit la tranche d’âge).
Et même si au cours des 9 dernières années on note un un recul de 9 points, ce support “print” résiste face à la tentation du numérique et du multi-canal.

 

Seconde observation : au-delà du magazine, le papier reste globalement un support privilégié : pour s’informer, sont utilisés en moyenne 2,9 médias imprimés (sur 5 testés) Vs 2,2 médias numériques (sur 6 testés).

Les autres supports “traditionnels” (affichage, TV locale, radio, presse gratuite, PQR…) sont tous en baisse… Un exemple : si en 2015, environ un Français sur deux se déclarait lecteur de la PQR, celle-ci recule de 6 points (43% d’utilisateurs déclarés cette année).

 

De même que dans le paysage des médias généralistes ou professionnels, l’information passe désormais par différents canaux, les nouveaux médias ne se substituant pas mais venant se compléter les uns les autres. Ainsi le site Internet est plutôt utilisé pour les services en ligne, les réseaux sociaux pour toucher les plus jeunes…

 

Enfin, à souligner que l’écrit reste au cours des dispositifs d’information souhaités : plus des ¾ des Français préfèrent consulter du texte rédigé pour s’informer au plan local, plutôt que des photos (55%), des illustrations (44%) ou de la vidéo (23%) (même s’ils y ont de plus en plus recours).

 

Si les Français s’estiment de mieux en mieux informés par les collectivités territoriales et près de la moitié à déclarer que les informations émises par les différentes collectivités” se complètent plutôt bien et donnent une vision claire et cohérente de l’action publique” (+2 points qu’en 2015), 2 bémols restent à la clé :

  • ils ne sont plus que 61% à estimer que cette communication les amène à modifier certaines de leurs habitudes comme le tri des déchets, les économies d’énergie ou modes de déplacement (- 5 points en 5 ans)
  • deux ans après la réorganisation et fusion des régions, moins d’un Français sur deux (46%) est en mesure de citer spontanément le nom administratif de sa région et 17% donnent une mauvaise réponse…

 

Et vous, vous vous situez dans quelle moitié ?

 

 

Source :
5° vague du Baromètre Epiceum § Harris Interative, réalisé en partenariat avec le réseau Cap’Com (25.000 communicants publics et territoriaux) et La Poste Solutions Business.
www.barometrecomlocale.fr

 

Méthodologie :
La vague 2018 du Baromètre Epiceum – Harris Interactive de la communication locale a été réalisée en ligne du 29 juin au 9 juillet 2018, à partir de l’access panel de Harris Interactive auprès d’un échantillon de 1 000 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus, constitué d’après la méthode des quotas et redressement appliqué aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, niveau de diplôme, région et taille d’agglomération. Cette étude constitue la cinquième vague du Baromètre, après celles de 2009, 2011, 2013 et 2015.

 

Vous pourriez aimer :

Quelle consommation d’information en 2018 ?

Quelle perception les français ont-ils de la consommation des marques ?

(Visited 17 times, 1 visits today)

Nouveau commentaire