2016, l’année des 4 D

    0
    12

     

    Pour le Baromètre de la Transformation digitale de CSC France, ces 4 D (Disruption des modèles économiques, Digitalisation de la relation client, Diffusion du digital en interne et Désilotage de la chaîne de valeur) symbolisent le réalisme et le pragmatisme de la digitalisation sociétale en cours.

    Mais au-delà des chiffres, étourdissants (+ de 900 millions de $ seront investis dans ces process de par le monde d’ici 2020 par les entreprises industrielles), cette optimisation aura des répercussions très concrètes dans la vie quotidienne et le développement personnel de chacun de nous…

    Parmi elles, quelques unes à relever…

    • La nouvelle donne de la consommation de médias > les canaux se brouillent (est-ce vraiment le même contexte d’écouter la radio sur un poste d’antan ou en replay en mobilité ?), les consommateurs ont, via les adblokers en autres, la possibilité de filtrer ce qui leur déplait, obligeant les éditeurs à proposer des contenus certes plus marketés mais aussi plus pointus et ciblés en misant sur leur marque, leur légitimité et à toujours innover dans leurs offres pour garantir leurs business models… Le tout dans la perspective de conserver une longueur d’avance sur les réseaux sociaux, devenus grands agrégateurs de contenus…

    • La mobilité permanente, y compris dans les achats > Près de 25% d’entre eux sont faits sur un appareil mobile. Désormais, la vitesse, l’optimisation des chargements et de la qualité des visuels vont de plus en plus l’emporter sur le design du device ou de l’appli (dans la limite raisonnable !).
      Quand on ajoute que 40% des recherches sur Google sont locales, la pertinence de l’information délivrée sera aussi évaluée sur la proximité géographique.

    • Accompagner vos collaborateurs et vos clients dans leur mutation > La volonté toujours croissante de changement et de développement personnel, que ce soit dans l’équilibre quotidien professionnel / personnel, la santé, le sport etc. implique que les entreprises, leurs marques, produits et services accompagnent, voire précèdent leurs parties prenantes internes ou externes : cela passe par de nouveaux modes conversationnels, des nouveaux modèles de culture d’entreprise valorisant l’individu, ou encore des applications ou plate-formes inédites (méditation, Running Heros qui récompense les utilisateurs pouvant prouver qu’ils ont réellement fait du sport…).

    • Atteindre un statut instantanément > L’important étant désormais surtout de montrer ce que l’on aime et ce que l’on sait faire plus que d’étaler ce que l’on possède, tout ce qui peut aider à atteindre l’objectif fixé (prendre des photos de professionnels sans aucune formation, cuisiner comme un Chef…) et à le médiatiser sur les réseaux sociaux devient incontournable. Toute innovation se doit donc aussi d’être facilitatrice.

    Inspiré ? M. Vermorel (@p1xL) en a listé encore une douzaine d’autres…

    Et pour suivre le « work in progress de la digitalisation des entreprises, lisez Hervé Monier https://brandnewsblog.com/2016/05/11/lost-in-transfonum-quand-les-marques-balbutient-leur-transformation-digitale/

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Veuillez saisir votre commentaire
    Veuillez entrer votre nom